Qu'est-ce que l'être humain ?

La question de la définition de l’être humain se pose aujourd’hui avec de nouvelles résonances, notamment face aux technologies modernes. Les scientifiques nous parlent d’eugénisme, de clonage, de transhumanisme, en somme de perspectives qui remettent en cause notre humanité. Mais la question de fond « qu’est-ce que l’être humain » n’est pas nouvelle. Déjà quelques siècles avant Jésus-Christ, un psalmiste s’adresse à Dieu dans ces termes :

Qu’est-ce que l’homme pour que tu te souviennes de lui, qu’est-ce que le fils d’adam pour que tu t’en soucies ? » (Psaume 8,5).

Le premier terme « homme » (énosh), désigne l’homme mortel, l’homme dans sa fragilité et sa finitude. Le second « fils d’adam », rappelle son origine.

C’est le latin « homo » qui a donné naissance à ces différents termes : homme, humain, humanité, humanisme. Ce substantif se rattache à « humus » nom latin de la terre. C’est de là que viennent aussi les mots « humilité, humble, humiliation ». Nous sommes tirés de la terre et notre existence nous rappelle constamment cette contingence et cette fragilité que nous portons de la naissance à notre linceul.

Le mot « être » désigne le vivant. Il se rattache à la racine asus qui signifie « vie » en sanskrit .

Ainsi, l’être humain se définit au moins dans son étymologie comme un être vivant sur la terre, tiré d’elle, soumis à ses lois. Nous sommes littéralement de « vivants terriens ». Mais comme nous le verrons, cette définition originelle n’est pas suffisante, car les plantes et les animaux pourraient aussi être classés dans cette catégorie. Nous pourrions aussi définir l’être humain comme un être vivant, membre de l’espèce homo sapiens doté de 23 paires de chromosomes. Mais cette définition aussi juste soit elle ne rend pas compte de la richesse de l’être humain.

Suite : De l'homme animal à l'homme spirituel

Haut de page

Contact

4387