Que ta bouche me couvre de baisers (Ct 1,2)

Qui es aux cieux

Nous constatons que le mot est au pluriel. Hébreu : schamaïm ; Grec: ouranos ; Latin: caeli.

La création du ciel

Création

Gn 1,1-8 Au commencement, Dieu créa les cieux et la terre... Dieu dit : Qu'il y ait une étendue entre les eaux, et qu'elle sépare les eaux d'avec les eaux. Et Dieu fit l'étendue, et il sépara les eaux qui sont au-dessous de l'étendue d'avec les eaux qui sont au-dessus de l'étendue. Et cela fut ainsi. Dieu appela l'étendue ciel.

De ce verset nous pouvons tirer les conclusions suivantes :

1. Dieu créé des cieux et non pas un ciel. Le mot hébreu est shamayim, forme plurielle signifie "hauteurs, élévations".

2. Les auteurs bibliques croyaient que l'eau tombant du ciel était stockée et retenue par une "étendue" (la voûte céleste). Des vannes permettaient aux dieux de faire tomber la pluie sur terre. L'étendue sépare les eaux d'en haut et les eaux d'en bas.

3. Le mot hébreu raqia désigne cette étendue. Le latin le traduit par firmament (en latin firmare: rendre ferme) dans la Vulgate.

La bible distingue plusieurs couches du ciel au-dessus de la terre, qui se recoupent ou se superposent :

1. Le ciel au sens de firmament qui sépare les eaux d’en haut et les eaux d’en bas

2. Le ciel proche où volent les oiseaux, où se déplacent les nuages : Mt 6,26 Regardez les oiseaux du ciel : ils ne sèment ni ne...

3. Le ciel des astres mobiles, lune, soleil et planètes, qui déterminent les saisons, les jours, les mois et les années. Rappellons que les 7 jours de la semaines correspondent aux 7 astres connus à cette époque (lundi = lune, mardi = mars, etc.)

4. La demeure de Dieu

Le ciel demeure de Dieu

C’est du ciel que Dieu agit librement et souverainement (Ps 115,3), observe les êtres humains (Ps 14,2 ; 33,13 ; 53,3 ; 80,15 ; 102,20 ; 113,16), envoie son salut (Ps 57,4), fait connaître son jugement (76,9), donne ses ordres (Ps 78,23), fait du bien (Ps 78,24), intervient en faveur de son peuple (Ps 80,15), manifeste sa justice (Ps 85,12 ; 97,6), sa bonté et sa fidélité (Ps 36,6).

Dt 26,15 De la demeure de ta sainteté, des cieux, regarde et bénis Israël ton peuple, ainsi que la terre que tu nous as donnée comme tu l'avais juré à nos pères, terre qui ruisselle de lait et de miel.

1 R 8.30 Depuis le lieu où tu demeures, depuis le ciel, entends notre prière et veuille pardonner.

1 R 22.19 J’ai vu l’Éternel siégeant sur son trône, tandis que toute l’armée des êtres célestes se tenait près de lui, à sa droite et à sa gauche.

Ps 115,16. Le ciel, c'est le ciel de Yahvé, la terre, il l'a donnée aux fils d'Adam.

2 Ch 2,5 Qui serait en mesure de lui bâtir une maison quand les cieux et les cieux des cieux ne le peuvent contenir ?

Is 66,1-2 Ainsi parle Yahvé : Le ciel est mon trône, et la terre l'escabeau de mes pieds. Quelle maison pourriez-vous me bâtir, et quel pourrait être le lieu de mon repos, quand tout cela, c'est ma main qui l'a fait, quand tout cela est à moi, oracle de Yahvé!

Né 9,6 C'est toi, Eternel, toi seul, qui as fait les cieux, les cieux des cieux et toute leur armée, la terre et tout ce qui est sur elle, les mers et tout ce qu'elles renferment. Tu donnes la vie à toutes ces choses, et l'armée des cieux se prosterne devant toi.

Lc 2,14 Gloire à Dieu au plus haut des cieux et sur la terre paix aux hommes objets de sa complaisance ! »

Act 7,55-56 Tout rempli de l'Esprit Saint, il (Etienne) fixa son regard vers le ciel ; il vit alors la gloire de Dieu et Jésus debout à la droite de Dieu. « Ah ! dit-il, je vois les cieux ouverts et le Fils de l'homme debout à la droite de Dieu. »

Anti-matérialiste

Le Dieu que nous confessons dans le Credo habite le ciel. Une telle profession de foi est-elle encore recevable à une époque où l'homme vole dans le ciel. Aucun astronaute n'a vu Dieu. Mais pour pour le peuple hébreu, du temps de la Bible, le ciel s'opposait à la Terre dans le sens ou celui-ci lui était inaccesible. Dans la topologie biblique, il y a trois domaines essentiels :

- la terre qui est le monde matériel où l'homme vit
- le shéol où l'homme séjourne après sa mort
- le ciel qui est le domaine de l'invisible, de l'inatteignable, du spirituel, voir celui de la manifestation de la puissance divine (théophanies) à travers l'orage, le vent ou la tempête.

Ainsi, affirmer que Dieu est dans le Ciel, c'est avant tout dire qu'il n'est pas une réalité matérielle, qu'il est purement spirituel. Cela peut être vu comme une affirmation anti-idolâtrique, les populations idolâtres adoraient des dieux matériels, des statues, des objets, et la pensée hébraïque s'est toujours élevée fortement contre cette pratique, avec en particulier les dix commandements : Tu ne te feras pas d'image taillée, ni aucune représentation... pour te prosterner devant elles.

Cette affirmation garde toute sa force aujourd'hui, pour dire que Dieu est précisément ce qui n'est pas sur terre, il est par définition l'immatériel, l'invisible. Dieu, c'est ce qui échappe à la physique, il est ce qui dépasse la matière.

Dire que le Dieu dans lequel nous croyons et que nous prions est dans le Ciel, c'est donc une affirmation fondamentale anti-matérialiste.

Lieu d’espérance

Les prophètes annoncent, au fil de pages que c’est un pays de Canaan transfiguré que le peuple de Dieu attend, un pays où le désert refleurira, les sourds entendront, les aveugles verront, la terre desséchée se changera en lac (Is 35.5-7). De nouveaux cieux et une nouvelle terre ne seront-ils pas créés, où le loup habitera avec l’agneau, où les maux du passé seront oubliés, où règnera la réconciliation (Is 65,16c-17, 25 ; 66,22 ; cf. 11,6-9) ? Les textes ne parlent-ils pas constamment d’une nouvelle Jérusalem, glorieuse, transfigurée, rayonnante, où toutes les nations afflueront vers un même Dieu. Toutes ces réalités renvoient, d’une manière ou d’une autre, à la terre et au ciel !

Is 35,5-7 Alors s'ouvriront les yeux des aveugles, S'ouvriront les oreilles des sourds; Alors le boiteux sautera comme un cerf, Et la langue du muet éclatera de joie. Car des eaux jailliront dans le désert, Et des ruisseaux dans la solitude; Le mirage se changera en étang Et la terre desséchée en sources d'eaux; Dans le repaire qui servait de gîte aux chacals, Croîtront des roseaux et des joncs.

Is 65,17 Car voici que je vais créer des cieux nouveaux et une terre nouvelle, on ne se souviendra plus du passé, il ne reviendra plus à l'esprit.

2P 3,13 Ce sont de nouveaux cieux et une terre nouvelle que nous attendons selon sa promesse, où la justice habitera.

Ap 21,1 Puis je vis un nouveau ciel et une nouvelle terre; car le premier ciel et la première terre avaient disparu, et la mer n'était plus.

En conclusion

Pour qu’il soit notre Père à tous en tout lieu et en tout temps Dieu ne pouvait pas habiter la terre en un endroit précis, car il aurait toujours été quelque part au lieu d’être partout. Affirmer qu’il est aux cieux, c’est le mettre à la portée de tous tout en disant que personne ne peut s’en saisir.

Benoit XVI : À partir du « notre », nous comprenons aussi le deuxième ajout : « qui es aux cieux ». Par ces mots, nous ne plaçons pas Dieu, le Père, sur un quelconque astre lointain, mais nous énonçons que nous, tout en ayant des pères terrestres différents, nous provenons cependant tous d'un seul Père, qui est la mesure et l'origine de toute paternité. Et en arrière-fond, nous entendons la parole du Seigneur :

Mt 23, 9 Ne donnez à personne sur terre le nom de père, car vous n'avez qu'un seul Père, celui qui est aux cieux.

Haut de page

Contact

7764

La bible

Les sacrements

L'être humain

Le mal

La prière

- La création
- La résurrection
- La rédemption
- L'alliance
- Le nom de Dieu
- Le livre de Job
- Les juges
- Les prophètes
- L'Esprit
- Jésus
- Disciples d'Emmaüs

- Le septénaire
- Enracinement biblique
- Anthropologie
- L'eucharistie
- Le mariage
- Le baptême
- Le pardon
- Animalité - Humanité
- L'identité de l'être
- Transhumanisme
- Textes
- La morale
- Notre Père