Le repas

La manducation de la parole

Jésus nous rappelle que pour vivre, il faut non seulement se nourrir de pain, mais également de la Parole de Dieu (Mt 4,1-4). Il parait paradoxal de manger les paroles de quelqu’un. Une expression française s’en rapproche puisque qu’on dit « boire les paroles de quelqu’un » pour signifier que l’on écoute ses paroles avec attention et admiration. Dans la bible, plusieurs passages évoquent la manducation de la parole. Ezéchiel et Jean sont tous deux invités à manger un rouleau (Ez 2,7-3,4 ; Ap 10,8-11). Dans deux autres textes de vocation de prophète (Isaïe et Jérémie), la bouche est touchée. Il n'y a pas d'ingestion de la Parole (Jr 1,9 ; 5,14 ; Is 59,21).

Plaisir, convivialité et partage

Pour vivre, l’homme doit manger pour reconstituer l'énergie que son corps a dépensée. Le premier objectif est de satisfaire le besoin. Mais contrairement à l'animal, se nourrir n'est pas uniquement instinctif, cela devient un acte culturel où les préférences de l'individu et le plaisir entrent en compte dans le choix des aliments.

La manducation est inséparable des 5 sens plus particulièrement de l’odorat et du goût. Savons-nous encore nous « arrêter » sur un aliment pour apprécier toute sa saveur ? Le bon vin des noces se Cana se déguste et ne s’avale pas goulûment.

Par ailleurs, l’homme a inventé le repas, ce moment de convivialité et de partage. Les convives assis autour de la table partagent tout à la fois la nourriture tirée d’un même plat et la parole qui circule d’une personne à l’autre. Manger ensemble, c’est laisser de côté ses activités, se consacrer à un temps communautaire durant lequel chacun communique aux autres ses idées, ses joies, ses soucis. Le repas est un lieu et un temps de communion.

Manger la Pâque

Jésus demande à Pierre et Jean de préparer la Pâque, de chercher une salle dans laquelle il pourrait manger la Pâque (Lc 22, 7-13). Les deux disciples trouvent une salle vaste et garnie de tapis en haut d’une maison. Au temps de Jésus l’influence de la mode gréco-romaine avait introduit le repas couché sur des coussins. Les convives s’appuyaient sur le coude gauche pour manger de la main droite.

Le repas pascal est appelé un seder, à partir d'un mot hébreu qui signifie "ordre", parce qu'il doit se dérouler selon un rituel précis. Ce repas comporte : un agneau, des herbes amères, du pain sans levain et quatre coupes de vin. De nombreuses bénédictions rythment le séder (voir le déroulement).

C’est au cours d’un repas pascal que Jésus ajoute des paroles inédites à partir du pain et de la coupe de vin :

Mt 26,26-28 Or, tandis qu'ils mangeaient, Jésus prit du pain, le bénit, le rompit et le donna aux disciples en disant : "Prenez, mangez, ceci est mon corps." Puis, prenant une coupe, il rendit grâces et la leur donna en disant : "Buvez-en tous ; car ceci est mon sang, le sang de l'alliance, qui va être répandu pour une multitude en rémission des péchés".

Il y a là une nouveauté radicale par rapport au séder, le repas de la Pâque juive. Les disciples referont ces gestes, ils rediront ces paroles, dès les jours qui suivront la mort et la résurrection de Jésus. "Rompre le pain", vivre "la fraction du pain", comme cela est si souvent mentionné dans les Actes des Apôtres, ce sera cette tradition reprise, suivant l’ordre même de Jésus : "Faites cela en mémoire de moi" (1 Co 11,24-2).

Prendre et manger

Lors de la communion, nous sommes invités à entreprendre deux actions : prendre et manger. Dans un repas classique, nous pouvons prendre du pain sans le manger. La première implique obligatoirement la seconde et la seconde est tributaire de la première. Nous prenons le pain comme un don gratuit. Quelqu’un nous le donne. Si nous pouvons le prendre, c’est parce qu’il est objet d’un don. Ce "prendre" devient "réception".

Par ces gestes, nous entrons en relation avec le Christ ressuscité. Le pain et le vin deviennent une nourriture spirituelle.

Pour approfondir

Deux études sur les repas :
Nourriture et repas dans le premier évangile.
Philippe BERNARD, Les repas dans la bible (PDF)

Deux articles qui traitent de la question de la communion dans la main ou sur la langue :
- Article sur France catholique
- Article sur le Portail catholique suisse

Suite : Le rite

Haut de page

Contact

1101