Site de Formation Théologique

Aimer son prochain comme soi-même

Introduction

Tout le monde aspire à aimer et à être aimé, de la naissance jusqu’au linceul.

  La bible nous invite à cet amour à travers une formule paradoxale : « Aime ton prochain comme toi-même ! (Lv 19,18) ». Un tel commandement se présente-t-il comme un idéal ou comme une utopie ?

Dans un premier temps, nous décrirons les visages que peut prendre ce prochain dans la lignée du contexte biblique. Puis nous définirons les différences facettes de cet amour de soi-même. Enfin nous verrons les limites de cette invitation évangélique.

I - Qui est mon prochain ?

1.1 – Contexte biblique

L’injonction « Aime ton prochain comme toi-même (Lv 19,18) » nous est donnée dans le livre du Lévitique. Ce livre, de tradition sacerdotale, contient de nombreuses prescriptions… A qui s’adresse l’injonction ? …

Le 1er commandement des évangiles (Mt 22,36-40)

La parabole du bon Samaritain (Lc 10,25-37)

1.2 – Mon entourage

1.3 – Les ennemis

II – S’aimer soi-même

2.1 – Narcissisme ?

Le mythe de Narcisse

Ovide nous livre la version la plus connue du mythe de Narcisse. Lors de la naissance de Narcisse, le devin Tirésias, annonce que l'enfant n'atteindra un âge avancé que s'il ne se connaît pas. Les années passent et Narcisse se révèle d'une beauté exceptionnelle, mais aussi d'un ego démesuré. Il repousse de nombreux prétendants et prétendantes, dont la nymphe Écho. Une de ses victimes éconduites en appelle aux divinités pour se venger. La déesse Némésis l'exauce. Un jour, alors que Narcisse se désaltère à une source après une rude journée de chasse, il voit son reflet dans l'eau et en tombe amoureux. Il reste alors de longs jours à se contempler et à désespérer de ne jamais pouvoir conquérir sa propre image. Narcisse finit par mourir de cette passion qu'il ne peut assouvir. À l'endroit où l'on retire son corps, on découvre des fleurs blanches : ce sont les fleurs qui aujourd'hui portent le nom de narcisses.

Ce mythe montre un amour de soi poussé jusqu'au paroxysme de la mort. Toute forme d'égoïsme porte les traces d'une mort symbolique.

Devenir comme des dieux, des Apollons et des Vénus

Le culte du corps

2.2 – Comment aimer son corps et son esprit

S’aimer soi-même

Se donner des projets

Se pardonner

2.3 – Pour grandir en humanité

A l’image de Dieu

III – Les limites

3.1 – Je donne ce que je suis

L’illusion de la toute puissance

La fragilité comme force

3.2 – Accueillir l’autre tel qu’il est

Le respect de la différence

3.3 - Renoncer à soi-même

Conclusion

Aimer son prochain comme soi-même ! Jésus reprend cette injonction du Lévitique pour en faire un commandement aussi important que l’amour de Dieu. Nous sommes invités à le vivre au quotidien comme un idéal de vie. Le prochain peut prendre le visage de mon conjoint, de mon collègue, de mon voisin, voire de mon ennemi.

Le comme soi-même donne la mesure de cet amour. Parfois nous nous haïssons, parfois nous nous aimons. L’exigence comporte donc une part d’utopie inhérente à notre humanité et à ses limites.

L’appel de Jésus annonce que le Royaume de Dieu est déjà là, mais pas encore abouti. Il est à construire dès à présent dans l’exercice quotidien de notre liberté.